La Stratégie culturelle numérique de Kotto (pour les nuls)

Le 3 mars dernier, Maka Kotto, ministre sortant de la culture et des communications, dévoilait sa «Stratégie culturelle numérique québécoise» dont les détails peuvent être parcourus en ce document de 20 pages : Pour occuper l’espace numérique – Stratégie culturelle numérique du Québec (Mars 2014).

Comme 739 autres acteurs culturels, j’ai participé depuis 2011 aux longues réflexions et multiples échanges menant à cette stratégie. J’ai donc pris la peine de faire la lecture du document proposé par le ministre Kotto et de vous en résumer ici ses grandes lignes.

Ce document propose 9 objectifs que je résumerai simplement pour vous. Vous trouverez donc plus bas un sommaire de la stratégie proposée par Maka Kotto, accompagné de ▸ mes suggestions complètes formulant des mesures concrètes, faciles à mettre en place et ne nécessitant aucune injection supplémentaire de fonds gouvernementaux.

A.1  Rendre disponible l’offre culturelle existante

En résumé : Convertir sur support numérique la multitude de contenus culturels québécois existants, dans des formats et selon les normes répondant aux impératifs d’interopérabilité. Procéder à la saisie numérique des collections, archives et autres contenus culturels québécois, notamment patrimoniaux.

Suggestion : Garantir une période d’exclusivité d’exploitation de 7 ans aux producteurs, période après laquelle la collectivité devrait avoir plein accès à sa culture, partout, dans tous les formats, dans tous les modèles d’affaires, sans exception. De fait, tous les contenus produits avant 2007 et ayant bénéficié de l’aide financière de l’État devraient être mis par décret gouvernemental sous licence Creative Commons BY-NC-SA et, ainsi, rendus accessibles à tous pour utilisation et partage individuel à des fins non-commerciales.

▸ Lire mes suggestions complètes

A.2  Soutenir la création numérique originale

En résumé : Soutenir la création numérique originale dans toutes les disciplines, sur toutes les plateformes. Décloisonner les disciplines dans le cadre des programmes de subvention. Soutenir et encourager la création d’œuvres numériques inédites destinées aux plateformes numériques Web et mobiles, ainsi qu’aux écrans des espaces publics intérieurs ou extérieurs.

Suggestion : Remanier les subventions actuelles de manière à être plus généreux avec les producteurs et créateurs de contenus les plus permissifs avec la collectivité; en revanche, donner moins aux plus restrictifs.

▸ Lire mes suggestions complètes

A.3  Favoriser les pratiques émergentes et inédites

En résumé : Encourager l’innovation en favorisant des partenariats croisés entre intervenants, les pôles d’expérimentation et les laboratoires de pointe; en stimulant de nouvelles formules d’usages et de services. Enrichir l’expérience culturelle et inciter la participation du citoyen à l’enrichissement des contenus. Se servir du numérique pour valoriser l’art non-numérique.

Suggestion : Ajouter la notion de «transparence» comme attitude exigée auprès de toute personne financée par l’État, tant dans les processus de création que dans les pratiques de mise en marché et de distribution.

▸ Lire mes suggestions complètes

B.1  Intégrer les logiques émergentes de demande et de multiplication des accès

En résumé : Permettre aux citoyens de rencontrer la culture d’ici sous toutes ses formes. Rendre les contenus disponibles partout et en tout tempsFavoriser l’accès aux contenus culturels dans l’environnement mobile et par les médias sociaux. Assurer une présence des contenus culturels sur les vitrines existantes. Soutenir la valorisation des contenus dès leur création ou numérisation.

Suggestion : Investir sur l’infra-consommateur de culture plutôt que sur les infra-structures et le béton. Étendre le programme de Sensibilisation à la chanson et diffusion pour le milieu collégial de la SODEC au primaire et secondaire. Ainsi, nous favoriserions la formation des «consommateurs de demain» de notre culture.

▸ Lire mes suggestions complètes

B.2  Investir l’espace culturel global avec des contenus québécois

En résumé : Faire rayonner notre culture; le numérique permet l’ingéniosité face à la forte concurrence de pays comme les États-Unis ou la France. Soutenir la diffusion en ligne des contenus culturels, notamment au Répertoire du patrimoine culturel du Québec et à la plateforme Web de diffusion culturelle de Télé-Québec. Soutenir la diffusion Web en direct d’événements culturels. Soutenir l’agrégation et la distribution de la production culturelle. Favorise la diffusion à l’aide d’une stratégie globale d’approvisionnement.

Suggestion : Financer les projets culturels en fonction de leur mise à disposition et leur accessibilité. Exiger que les contenus subventionnés soit publiés par le biais d’une «arrière-boutique culturelle» nationale, permettant à la fois d’archiver la culture en temps réel, de la rendre interopérable et de la livrer à des vitrines marchandes.

▸ Lire mes suggestions complètes

B.3  Encourager la collaboration entre les acteurs d’une chaîne plus intégrée

En résumé : Favoriser le dialogue, la reconnaissance des savoir-faire et la concertation. Stimuler des projets collaboratifs plutôt que concurrentiels. Adapter le financement des diverses étapes de la création, de la production, de la diffusion et de la conservation de la culture. Fédérer et intégrer les fonctions culturelles pour créer des initiatives numériques rassembleuses dans différents secteurs d’activité.

Suggestions : Créer de nouveaux programmes d’Aide à la synergie, gérés au cas par cas, ouverts en tout temps. Bonifier de 1% toute subvention accordée à un utilisateur qui s’engage à divulguer publiquement les détails de son plan de commercialisation, puis les résultats obtenus. «1% de plus, au profit des 99% autres»… quel beau slogan dans une campagne électorale ! À terme, l’octroi de toute subvention publique sans que son parachèvement ne soit rendu public, devrait être banni.

▸ Lire mes suggestions complètes

C.1  Adapter les outils publics d’intervention

En résumé : Adapter la réalité légale en fonction de la réalité du numérique. Créer une veille d’analyse stratégique permanente.

Suggestion : Pour éviter les Icebergs en cours de route, il est nécessaire de mettre en place un Comité Consultatif Numérique de la Culture ayant pour mandat d’observer les tendances de consommation de la culture et de porter des recommandations «pro-actives» pour éviter toute crise industrielle.

▸ Lire mes suggestions complètes

C.2  Assurer des conditions d’exercice adaptées pour l’ensemble des milieux

En résumé : Encourager des modèles économiques numériques équitables et financièrement profitables pour tous ceux qui y contribuent. Favoriser le développement des compétences numériques et le rehaussement des infrastructures d’accès au contenu numérique (accès Internet à haute débit). Créer un Chantier sur le droit d’auteur. Forums pour explorer les solutions visant au respect du droit d’auteur en matière de diffusion dans l’univers numérique. Soutenir la mise à niveau des équipements des lieux culturels et leur connectivité (ce qui a déjà été entamé). Appuyer le renouvellement continu de la compétence des milieux culturels.

Suggestion : Éviter de tomber dans le piège facile de l’investissement sur les infrastructures; l’importance réelle, c’est la formation du consommateur de culture de demain. Exiger la transparence auprès de tout prestataire de subventions; explorer les solutions visant à adapter le droit d’auteur actuel à l’univers numérique, plutôt que l’inverse.

▸ Lire mes suggestions complètes

C.3  Favoriser une culture numérique contribuant à l’économie du savoir

En résumé : Données ouvertes. Transparence. Développer une économie du savoir fondée sur la créativité, les habiletés et les connaissances de la population. Offrir des outils de médiation éducative et des espaces virtuels de regroupement d’intérêts et d’expression citoyenne.

Suggestion : Encourager, voire «forcer», la création de plateformes d’échanges et de discussions entre chacun des intervenants qui représentent un «cloché» dans un secteur culturelle. Le milieu de la musique étant hautement complexe, une intervention divine du Ministère de la culture sera assurément nécessaire. De plus, la relecture du rapport Gautrin demeure inspirante pour développer l’économie du savoir.

▸ Lire mes suggestions complètes

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s