Comment la chaîne de blocs va transformer le droit?

  1. Comment la chaîne de blocs transformera le droit, dans votre secteur?
  2. Qu’est-ce qui se fait ailleurs dans le monde?
  3. Quelles sont les possibilités pour le Québec et le Canada?

Voilà de grandes questions auxquelles les participants au Colloque «Comment la chaîne de blocs va transformer le droit?» tenteront de répondre, le 7 février prochain, à l’Université Laval.

Date : 7 février 2020, de 8 h 30 à 17 h

Lieu : Salle Le Cercle, salle 4512, Pavillon Alphonse-Desjardins, 2325, rue de l’Université, Université Laval, Québec.

Programme  |  Inscription  |  Événement Facebook

La disruption, analysée sous l’angle du droit

Systèmes de paiement, services financiers, propriété intellectuelle, immobilier, contrats, preuve, transparence étatique, énergie, données personnelles, notariat, concurrence et fiscalité. Voilà autant de secteurs parmi bien d’autres dont les aspects légaux seront en pleine mutation durant ces prochaines années.

Les principes des technologies de registres distribués (our DLT pour «Distributed Ledger Technologies»), appliqués sur des secteurs d’ordinaires centralisés, risquent de chambarder plusieurs pratiques actuelles.

La question n’est pas de savoir «SI» ces secteurs seront perturbés, mais bien «QUAND» ils le seront.

Selon le «Hype Cycle» publié en 2018 par la firme d’études Gartner, la courbe d’adoption des produits et services en lien avec la chaîne de blocs devrait être en pleine ascension entre 2022 et 2028.

Si les années 10 ont été celles de la disruption de plusieurs modèles d’affaires traditionnels par le Web 2.0 (hôtellerie, taxi, vente au détail, médias), les années 20 seront vraisemblablement celles de la disruption par blockchain de tous les modèles centralisés. Même des GAFAN ne seront pas à l’abris de cette deuxième vague de disruption!

pr_490866_5_trends_in_the_emerging_tech_hype_cycle_2018_hype_cycle

3 commentaires sur “Comment la chaîne de blocs va transformer le droit?

  1. Je suis depuis pas mal de temps ton travail très intéressant sur le sujet et j’ai lu le livre blanc. Très bien fait. Néanmoins, je reste sceptique sur certains points. Le premier pour moi, c’est que LA blockchain, ça n’existe tout simplement pas. A moins de n’avoir rien compris, ce que je vois ce sont des blockchain avec des protocoles différents. Ce qui me laisse penser que nous avons plutôt affaire à de l’innovation incrémentale plutôt qu’à une réelle technologie de rupture.
    Le mot disruption étant utilisé à tout va de nos jours, j’essaie de voir les cas où le terme est utilisé de manière abusive. J’ai plus envie de comparer ça pour le moment à l’énergie nucléaire : difficile à maîtriser, difficile à comprendre. C’est à dire quelque chose qui s’est développé à côté des autres sources d’énergie mais ne les a jamais remplacé. En aucun cas disruptif donc.
    Bref je me trompe probablement et l’avenir le dira mais je crois que mon point de vue est intéressant.

    J'aime

    1. L’avenir nous le dira, effectivement. Mais sans aucun doute, Internet a chamboulé bien des industries, à commencer par la mienne (la musique). Personne ne croyait au début que le tcp/ip mettrait les médias traditionnels au bord de la faillite; personne ne se doutait que Hilton perdrait des plumes au profit de Airbnb, alouette…

      Les technologies des registres distribuées promettent en théorie bien pire.

      L’avenir nous le dira… mais mon opinion est pas mal déjà faite là-dessus, disons. 😉

      J'aime

      1. Les mp3, le streaming et compagnie, en plus d’être très faciles à utiliser, il n’y a pas vraiment de problème d’acceptation par le grand public et par les Etats…

        C’est comme les plateformes comme Netflix… Chaque acteur est en train de récupérer ses droits et de sortir sa propre plateforme. Du coup il va falloir payer plusieurs abonnements… Il est donc possible que le bon vieux système de location de supports physiques revienne à la mode. Pourquoi pas après tout. Et là ils se seront disruptés eux-mêmes j’ai envie de dire. Et même sans ça, ils sont en train de diviser le marché et donc leurs futurs bénéfices.

        Moi les blockchain je ne m’en méfie pas et c’est très intéressant… mais la sémantique utilisée et le surplus de confiance, etc. me paraissent plutôt contre-productifs. En aucun cas ça n’est disruptif à l’heure actuelle à mon sens.

        Les informaticiens, dont je fais partie, ont trop confiance en eux et manquent cruellement d’humilité.
        La disruption, c’est quand la voiture remplace le cheval… pas quand une chaîne d’hôtel a des difficultés 😉

        J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.